La Création 2018

Affiche A3-1

 

La prochaine tournée

du ThéâtrE de l’AntE


Touraine – Eté 2018

Rabelais,
L’optimiste

de Gilbert Gilet,
d’après la vie et l’oeuvre
de François Rabelais

Le Projet

Tournée 2018
Rabelais, l’optimiste
Les trois dernières tournées d’été du Théâtre de l’Ante ont rassemblé chacune entre 5000 et 6000 spectateurs, soit
une moyenne de près de 200 spectateur s par représentation…!

La tournée d’été est ainsi depuis 25 ans un rendez-vous estival majeur, devant un public tout à la fois fidèle et renouvelé, dans des décors et des scénographies sans cesse réinventés. Une tournée d’été pour redécouvrir et développer l’esprit de troupe, pour vivre ensemble jour après jour, travailler, répéter, jouer tout au long de deux mois de répétitions et deux mois de représentations,…avec des comédiens, des techniciens, des musiciens qui arborent fièrement leur nombre de tournées sur la poitrine de leur costume. Chaque année la compagnie réinvente un théâtre de répertoire qui parle des hommes et des femmes d’aujourd’hui, qui parle de nos angoisses et nos faiblesses, nos désirs et parfois même nos souffrances.

Après Feydeau, Jules Verne ou Shakespeare, après Molière, Voltaire ou Gautier, c’est à un retour aux sources qu’invite la tournée 2018, en proposant au public « Rabelais, l’Optimiste ».


Retour aux sources puisque le premier spectacle grand public de la compagnie, déjà « spectacle d’été » était une évocation du natif de la Devinière jouée à l’Abbaye de Seuilly….en 1982… C’est à revisiter la vie et l’oeuvre de Rabelais qu’invite le texte de Gilbert Gilet, dont le titre, en clin d’oeil à Voltaire, lui permet de mettre en perspective la Renaissance, le Siècle des Lumières et notre époque, comme un lien de lumière franchissant des temps de ténèbres

Comment vivre en Touraine en ignorant Rabelais et son oeuvre…? D’Hostellerie Garguantua en Université François
Rabelais, de Chinon «petite ville, grand renom» au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, François Rabelais
est présent partout, en statue, en effigie, ou … en enseigne.
Pourtant est-ce vraiment Rabelais qu’on offre ainsi au regard du vieux Tourangeau, comme à celui du touriste, ou seulement l’image que quatre siècles de méfiance et d’ignorance, de simplification souvent, de haine parfois ont filtré, tronqué, transformé?
Pantagruel et Gargantua, bons rois et bonne chère, ont souvent caché Panurge, ventre vide, gorge sèche, caché derrière ses moutons. Fallait-il donc aussi des géants pour nous dissimuler Maître François?
C’est un Rabelais optimiste et visionnaire, un Rabelais de contradictions et de doutes, un Rabelais de Cour et de chemins, de villes et de villages que nous vous invitons à suivre.

C’est un Rabelais savant et ignorant, un Rabelais de romans grand public et de publications savantes, qui traversera le spectacle.
Rabelais, l’optimiste Plongeant dans l’oeuvre de Rabelais pour y chercher l’homme  derrière les géants et les fous, nous y avons d’abord trouvé une époque.

Une époque qui d’un enfant, né en campagne aux frontières du Moyen-Age a fait un témoin, un monument qu’aujourd’hui on
visite. Lorsque Rabelais, jeune adolescent, découvre à l’Abbaye de Seuilly la lecture et les rudiments du latin, les vagues de la
Renaissance, venues d’Italie, viennent déjà lécher les grèves de la Loire et de la Vienne.
A quelques lieues de là, Amboise accueille un vieil homme qui rêve de machines volantes à la Cour du Roi François.
Lorsque Rabelais meurt en 1553, et que quelques années plus tard paraît son cinquième et dernier livre, tout est consommé
et la Renaissance est prête à sombrer dans la violence des guerres de religion. En l’espace d’une vie, celle peut-être de Rabelais, l’homme a soulevé le couvercle, a ouvert ses yeux; et le couvercle est retombé, différent sans doute, mais pesant tout le poids des
pouvoirs royaux et religieux, et que deux siècles ne parviendront pas à remuer…

Comment, encore aujourd’hui, ne pas rêver d’une époque qui vit l’imprimerie, comme Internet aujourd’hui, bouleverser la
diffusion de la connaissance et faire passer les tirages d’un livre, de quelques dizaines aux cent mille exemplaires qu’a atteint l’oeuvre de Rabelais à la fin du XVIème siècle.
Comment ne pas être fasciné par un temps qui vit, bien avant Gagarine ou Armstrong, Colomb, Magellan, Verrazzanno, ou
Jacques Cartier multiplier par mille l’horizon des hommes curieux?
Rabelais crut peut-être parfois vivre l’âge d’or, où l’homme débarrassé de sa folie de meurtre et de pouvoir, inventerait de
nouvelles façons de se parler et de se vivre, dans de modernes Thélèmes.
Mais l’homme était fragile et le couvercle trop lourd …

Comme un road movie…

La vie de Rabelais est faite de ruptures, de départs; quelle
réflexion peut conduire l’adolescent de Seuilly à quitter l’ombre
paternelle pour devenir le jeune moine qui correspond avec
Erasme et Budé?
Pourquoi abandonner la protection d’un grand prince de
l’Eglise pour aller sur les routes, d’Université en Université,
devenir un des premiers médecins du Royaume?
Pourquoi plus tard ce départ brutal de l’Hôtel-Dieu de Lyon, ces
trous dans la biographie où pendant six mois ou trois ans on
perd sa trace …
Moine et routard, Rabelais et Panurge comme les deux faces
d’une même médaille…
Ainsi notre spectacle sera comme un road movie de la
Renaissance, comme une errance de monastère en université,
de Cour royale en petit village, comme un va-et-vient entre
Renaissance et Moyen-Age, entre Croyance et Ignorance, entre
Découverte et Obscurantisme.
Notre spectacle sera à l’image de ces chemins qui marchent,
« ces chemins qui cheminent comme animaux ». Le spectateur y
verra passer personnages et idées, proclamations anciennes et
pensées nouvelles, doutes et espoir.
« … Avoir par deux jours navigé, s'offrit à nostre veuë l' Isle
d'Odes, en laquelle vismes une chose memorable. Les chemins
y sont animaux, car les chemins y cheminent comme animaux.
Et sont les uns chemins errans, à la semblance des planetes:
autres chemins passans, chemins croisans, chemins
traversans. Et vy que les voyagiers, souvent ès habitans du
païs demandoient, ou va ce chemin, et cestuy-cy. On leur
respondoit, entre midy et fevrolles, à la parroisse, à la ville, à
la riviere. »

reservation/tarifs/ contacts

 

Tarifs : 13€ plein /11€/ réduit (demandeur d'emploi groupe de plus de 10 personnes, étudiants, moins de 25 ans), 8€/ (Etudiants détenteurs du PCE et jeunes de 8 à 14 ans.)
réservations au 02 47 38 64 64
theatredelante@wanadoo.fr
www.theatredelante.fr

RAPPEL : VOS réservations sont prises en comptes sur le répondeur. Nous ne vous rappelons pas pour vous les confirmer. Si vous souhaitez une confirmation adressez nous un mail sur theatredelante@wanadoo.fr

 

ATTENTION Pour  les réservations le jour même, elles seront notées tous les jours jusqu'à 16h00. Au delà de 16h00 les jours de représentation, présentez vous directement à la billeterie. Nous sommes rarement complets et mettons tout en oeuvre pour vous faire assister au spectacle. Certains lieux sont néanmoins très prisés. MERCI D ANTICIPER VOS RESERVATIONS POUR LE CONFORT DE TOUS ET DE NE PAS RESERVER AU DERNIER MOMENT SI POSSIBLE

 

theatredelante@wanadoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>